Encadré : Un outil de santé publique

Publié le par Jean-Sébastien Soldaïni

Outre la question de la santé publique, Antony Hottier s’est appuyé sur un double constat pour demander l’installation de ces défibrillateurs. Tout d’abord, les premiers secours mettent parfois jusqu’à 35 minutes pour parvenir jusqu’à Barrettali. « Avoir ces appareils à disposition rassure les riverains. La sécurisation apportée permet de retenir les populations En milieu rural, notamment les personnes âgés ».

Mais il y a aussi un « aspect psychologique » à sa démarche. Et il compte pour cela sur l’appui de la Croix-Rouge. « Le fait de bénéficier de cet équipement va inciter les personnes à s’entraider. Celles qui voudront sauver des vies avec les défibrillateurs devront suivre une formation aux premiers secours. Un mouvement de solidarité sera créé à travers un outil de santé publique ».

Chaque habitant de Barrettali recevra un courrier de sensibilisation chaque année. « Car sans formation, on n’a aucune chance de sauver une personne. Utiliser l’appareil doit être un automatisme ».

Publié dans Corse-Matin

Commenter cet article