Heureux qui comme Icare, s'envole en parapente

Publié le par Jean-Sébastien Soldaïni

L’impression d’être une plume. Qui virevolte au-dessus du golfe de Saint-Florent, les pieds dans le vide et les yeux écarquillés devant un paysage de rêve. Deux cents mètres sous la voile, les eaux de la plage de la Roya prennent des teintes turquoise. Au large, l’horizon s’étale entre la pointe du Cap et la plage du Lotu. La maniabilité du parapente est impressionnante. Surprenante même lorsqu’Antoine Montand parvient à le maintenir en vol quasi stationnaire.

 

Ce vice champion du monde de voltige est l’un des trois moniteurs diplômés d’Etat de l’école de parapente Altore. En solo, ou en biplace pour les baptêmes, il semble jouer avec sa voile, comme avec les vents. « Il ne suffit pas de tirer sur les manettes de direction, explique le parapentiste durant un vol d’une vingtaine de minutes. Il faut surtout avoir d’excellentes notions d’aérologie ». Cette expérience s’acquiert dans les livres, « mais surtout par une pratique régulière et une bonne connaissance du terrain ». Car en parapente, la configuration du site joue un rôle important sur les courants aériens. « Tu joues avec les éléments », précise Pierre Malbé, un autre membre de l’équipe.

 

« Les sensations sont géniales »

Il n’y a pas d’âge limite pour voler en tandem avec un moniteur. Et nombreux sont ceux qui veulent tenter l’expérience après avoir vu les sourires de l’atterrissage. « 80 % des personnes sont mortes de peur avant de s’envoler », s’amuse Olivier Leonetti, fondateur en 1993 de la seule école professionnelle de parapente en Corse.

 

« C’est qui est génial c’est lorsque la personne a peur au départ et que tu la poses avec la “ banane ” ! », s’amuse Pierre Malbé. C’était le cas de Julien et Alexandra, un jeune couple de Lyonnais, pourtant peu bavards avant de décoller. « On ne s’attendait pas à ça pour un baptême ! On se dit que ça va être tout pépère mais en fait les sensations sont géniales. J’ai les jambes qui tremblent », ajoute Alexandra.

 

L’offre peut être adaptée aux clients. Les moins rassurés auront droit à une belle ballade, tandis que les amateurs de sensations fortes auront tout le loisir de se faire secouer. Une seule contre-indication alors : avoir l’estomac bien accroché.

 

Et tandis que les plus blêmes reprennent leurs esprits, les moniteurs d’Altore redécollent comme ils sont arrivés. En un battement d’aile.

Publié dans Corse-Matin

Commenter cet article