Succès à Biguglia pour Michèle Torr « une voix de toutes les époques »

Publié le par Jean-Sébastien Soldaïni

Les Torre m’interpellent souvent en me disant : “ on doit être cousins. ” ». Mais bien qu’ayant des origines italiennes par son père et sa mère, Michèle Torr - qui s’est taillée un beau succès vendredi à Biguglia - n’a pas ses racines en Corse. Elle y revient pourtant régulièrement et ne peut s’empêcher de penser à sa première visite. Elle était accompagnée sur scène de C. Jérôme, « peu avant qu’il ne tombe malade ». Son souvenir s’arrête là. Cette femme parle peu. Surtout lorsqu’il s’agit d’elle. Et ce n’est pas pour préserver sa voix, même si elle en prend le plus grand soin. « Je reste loin des climatisations et ne bois pas d’eau fraîche ».

Une voix dont Maurice Chevalier lui a un jour dit qu’elle « était de toutes les époques ». L’homme au canotier ne s’y est pas trompé. Ses débuts, elle les a faits dans les années 60, en pleine époque des yéyés. Aujourd’hui, elle a marqué toutes les générations même si elle avoue « n’avoir jamais été vraiment à la mode ». En fait, elle ne se démode pas.

L’Olympia pour la 11e fois

Elle n’a jamais abandonné la scène et donne quelque 200 concerts par an. Vendredi, elle allait à la rencontre du public de Biguglia. « Les spectacles, c’est ma priorité. C’est là que j’ai les plus fortes émotions.» Le visage à peine maquillé, ses grands yeux clairs s’illuminent et percent à travers sa célèbre chevelure blonde. « Il faut faire plaisir à son public ». Pour ça, la recette est infaillible : interpréter Emmène-moi danser ce soir. Même si elle reconnaît que « ce n’est pas le titre préféré de son répertoire ». Elle retient plutôt J’en appelle à la tendresse, car toujours d’actualité ». Un clin d’œil aux années 60 est aussi toujours présent lorsqu’elle prend un tour de chant. Mais ce qu’elle « adore », c’est interpréter des chansons d’autres artistes. « Celles dont on se dit : tiens, elle aurait pu être faite pour moi ».

Édith Piaf conserve une place particulière dans son cœur, car « c’est elle qui lui a donné envie » de chanter. Michèle Torr lui emprunte régulièrement quelques titres.

Bastia est une de ses dernières étapes avant un court repos estival. Près d’Aix-en-Provence. Elle va s’y ressourcer avant d’entamer l’enregistrement de son nouvel album. Et la préparation de son 11e Olympia.

Publié dans Corse-Matin

Commenter cet article