Les galets de Grisgione pour une baignade en famille

Publié le par Jean-Sébastien Soldaïni

On la découvre au détour d’un virage. Que l’on arrive du Cap ou bien de Bastia, la plage de Grisgione offre toujours aux automobilistes le même regard furtif vers le large. Vers l’île d’Elbe. Battus par les puissantes vagues de l’hiver, ses galets gris ne déçoivent jamais les baigneurs estivaux en quête d’un endroit calme. Pour le plus grand plaisir des familles et des chanceux qui ont le plaisir d’ouvrir chaque matin leurs fenêtres sur cet écrin de schiste.

« C’est ma plage !, insiste Monique, une habitante de San Martino. J’y viens depuis mon enfance. C’est là que j’ai appris à nager, mes enfants aussi. Et puis je connais tout le monde ici ». Le mot qui revient le plus souvent lorsqu’on aborde les qualités de l’endroit, c’est « familial ». On pourrait même dire convivial à en voir ce groupe d’amies dont certaines se baignent à Grisgione depuis plus de 60 ans. « On retrouve toujours les mêmes têtes, s’amuse Marie-Dominique Raffaelli. L’hiver on n’a des nouvelles que par téléphone, l’été on se retrouve ici ».

Des galets pris d’assaut

Mais les pins qui dominent la plage n’attirent pas que les habitants du Cap. Et certains n’hésitent pas à traverser la ville pour apprécier la quiétude du lieu. « Je viens de Biguglia, explique Marina venue avec enfants et amies. Je préfère les galets au sable et puis les gosses aiment bien cet endroit. Je m’y rends surtout le matin car il y a moins de monde ».

Et en effet, mieux vaut poser sa serviette en fin de matinée ou tôt dans l’après-midi pour avoir sa place à Grisgione. L’étendue de galets ne mesurant qu’une petite cinquantaine de mètres de long, le bord de mer affiche rapidement complet. « Mais en dix ans, nous n’avons eu aucun incident notable, précise Noël Messaoud, propriétaire de la paillote l’Abri côtier. Bien sûr il y a quelques petits bobos que l’on soigne ou des piqûres de méduses, mais c’est rare ». Seul petit désagrément pour ceux qui désirent plonger dans l’eau claire de Grisgione, il est vite difficile de trouver une place de parking au détour d’un virage.

Publié dans Corse-Matin

Commenter cet article