L'église Saint-Etienne de Cardo rénovée avant les fêtes de Noël

Publié le par Jean-Sébastien Soldaïni

Mois d’août oblige, le chantier est en attente. Les échafaudages sont pourtant toujours en place et les lauzes bien rangées au pied de l’édifice. L’église Saint-Etienne de Cardo est depuis le mois de mars en pleine rénovation. Les travaux ne concernent que les parties extérieures.

 

Initialement prévus pour durer un an, les ouvriers devraient, selon le maître d’œuvre et la mairie, terminer les travaux de la façade avant les fêtes de fin d’année. « Il faut dire que l’église est un site inscrit au patrimoine national, souligne Jean-Pierre Zerega, adjoint au maire de Bastia pour le hameau de Cardo. Vu l’état des façades et le nombre d’infiltrations dans les toitures, cela devenait une urgence ». Les murs ont été entièrement piquetés, c’est-à-dire dégarnis, lavés et brossés avant d’être enduits d’un nouveau revêtement. La charpente a été renforcée et une partie de la couverture remplacée. « Mais près de 90 % des lauzes d’origine seront conservés », précise Jean-Pierre Zerega.

 

Travaux financés à 65 % par la ville

Une mise en lumière de Saint-Etienne est aussi prévue. « Elle concernera principalement le fronton de l’église et le clocher, précise Joseph Bastiani, technicien en bâtiment de la ville. Ce sera un éclairage rasant, au niveau des façades, sur le même principe que celui de Saint-Jean ». Quant aux couleurs, « elles sont encore au stade de l’essai », note Armand Fratani du service des bâtiments de France.

 

Au total, la rénovation de Saint-Etienne de Cardo va coûter près de 700 000 euros. 65 % du budget est supporté par la ville de Bastia, le reste étant pris en charge par la Collectivité territoriale de Corse. À noter, le remplacement du paratonnerre « qui n’était plus aux normes », précise Jean-Pierre Zerega. Le nouvel équipement contre la foudre sera facturé près de 6 500 euros. De quoi assurer encore de belles années à cette église qui domine les hauteurs de Bastia depuis plus de 170 ans.

Publié dans Corse-Matin

Commenter cet article