Un yacht aurait embarqué les clandestins

Publié le par Jean-Sébastien Soldaïni

Ils racontent à peu près tous la même histoire. Parfois au mot près. Alors les enquêteurs se demandent si les 123 personnes n’ont pas simplement appris leur leçon par cœur. Pour protéger les passeurs. Et leur donner le temps de prendre le large.


Les premières suspicions portaient sur deux cargos, l’un russe contrôlé samedi par les autorités italiennes dans l’un de leurs ports. L’autre ukrainien inspecté dimanche à Fos-sur-Mer dans les Bouche-du-Rhône. Mais il semble que ce soit désormais un yacht qui attire l’attention. Plusieurs pêcheurs de Bonifacio disent l’avoir aperçu jeudi soir. La veille du jour où les clandestins ont été découverts. Il mouillait à quelques encablures de la crique de Paragan. Selon ces témoins, la taille du navire serait suffisante pour pouvoir embarquer 123 clandestins, même si des vérifications doivent encore être faites par les autorités.


Pourtant, pas de traces d’eau de mer sur les vêtements, ce qui exclue un débarquement sur de petites embarcations. Autre élément troublant, tous ces naufragés étaient secs. Les femmes bien maquillées avec pour certaines des habits propres. Un état qui ne concorde pas avec les fortes pluies qui se sont abattues jeudi sur le sud de la Corse. Alors la possibilité d’une arrivée à bord d’un ferry en provenance du port de Santa-Teresa-di-Gallura en Sardaigne n’est pas écartée. Un camion les aurait ensuite abandonnés près de la crique de Paragan. Ils n’y auraient passé que quelques heures si l’on en croit la faible quantité de déchets retrouvés autour de foyers encore fumants.

Publié dans Le Figaro

Commenter cet article